Nos actualités

PEUGEOT 508 HYBRID : UN CÂBLE ET PLUS DE CHEVAUX !

le 25 septembre 2018

Outre le 3008 GT Hybrid4, Peugeot vient de lever le voile sur ses 508 et 508 SW Hybrid. Si la nouvelle génération devient rechargeable et gagne en puissance, elle perd néanmoins deux roues motrices par rapport à feu la 508 Hybrid4.
Bye bye les 508 Hybrid4 ! Pour la nouvelle génération de la berline électrifiée, il faudra se contenter de l’appellation Hybrid qui laisse deviner l’absence des quatre roues motrices. Car oui, contrairement à sa devancière et au nouveau Peugeot 3008 GT Hybrid4, la lionne se limite à des roues avant motrices désormais, et ce malgré une puissance en hausse. 
Les nouvelles Peugeot 508 et 508 SW Hybrid revendiquent en effet la bagatelle de 225 ch, soit 25 de plus que l’ancienne génération. Pour ce faire, elles embarquent le bloc essence 1.6 PureTech 180 ch et l’associent à un moteur électrique de 110 ch situé à l’avant. Le passage du Diesel à l’essence pour le moteur thermique s’accompagne d’un autre changement de taille, à savoir l’arrivée d’un système rechargeable. D’une capacité de 11,8 kWh et d’une autonomie de 40 km, les batteries de la 508 Hybrid peuvent ainsi être rechargées en 7 heures sur une prise standard (chargeur 3,3 kW, 8A), ou en 4 heures avec une prise renforcée (chargeur 3,3 kW, 14A). Un chargeur de 6,6 kW / 32A sera en outre proposé en option pour retrouver une charge complète en 1h45 sur une Wallbox.
Le lancement commercial des Peugeot 508 et 508 SW n’interviendra qu’à l’automne 2019. Mais elles seront présentes, tout comme le Peugeot 3008 GT Hybrid 4, au Mondial de l’Auto qui ouvrira ses portes la semaine prochaine.


Aller sur autonews.frmondial-auto-2018peugeot-508-hybrid-autonomie-fiche-technique-photos-82155

Tout comme le DS 7 Crossback PEUGEOT 3008 GT HYBRID4 : UN “R” TRÈS ÉLECTRIQUE

le 25 septembre 2018

Le Peugeot 3008 hybride rechargeable est enfin réalité. Son nom : le 3008 GT Hybrid4. Mais avec 300 ch sous le capot, il aurait presque pu recevoir l’appellation 3008 R.
On savait depuis longtemps que Peugeot planchait sur un 3008 hybride rechargeable, et puissant qui plus est. En marge du Mondial de l’Auto où elle fera ses débuts, cette version mêlant dynamisme et efficience se dévoile. Et elle reçoit une appellation qui annonce la couleur : 3008 GT Hybrid4. Car oui, le SUV hybride rechargeable ne sera disponible qu’en finition haut de gamme GT.

120 ch de plus que le 3008 GT BlueHDi

Il faut dire que le 3008 GT Hybrid4 affiche des chiffres plus que flatteurs. Avec 300 ch et 450 Nm, obtenus grâce à un bloc essence 1.6 PureTech de 200 ch et un duo de moteurs électriques fournissant 110 ch, cette version aurait même peut-être pu prétendre à l’appellation 3008 R. Mais peut-être que Peugeot y a vu un frein face à la clientèle à la recherche d’un “simple” SUV rechargeable.

50 km en 100% électrique

Les chiffres de puissance et de couple vous donnent peut-être un air de déjà vu. Et pour cause : le Peugeot 3008 GT Hybrid4 reprend exactement la même motorisation que le DS 7 Crossback E-Tense 4x4, lui aussi fraîchement dévoilé. C’est d’ailleurs aussi vrai en ce qui concerne la batterie. La pile du SUV au lion affiche donc une capacité de 13,2 kWh pour une autonomie électrique de 50 km selon le cycle WLTP.

Vers un prix de 50 000 euros ?

Pour l’heure, pas de tarifs mais puisque le 3008 GT en motorisation BlueHDi 180 ch débute à 42 900 euros, on ne serait pas surpris de voir cette version hybride flirtait avec la barre des 50 000 euros. Les premiers exemplaires devraient être livrés courant 2019.








Aller sur autonews.frmondial-auto-2018peugeot-3008-gt-hybrid4-autonomie-photos-82152

L’hybride plug-in débarque chez DS DS 7 CROSSBACK E-TENSE 4X4 : VERTUEUX ET SPORTIF

le 25 septembre 2018

Commercialisé depuis le début de l’année, le DS 7 Crossback dévoile sa très attendue version hybride rechargeable, l’E-Tense 4x4. Forte de 300 ch, elle est capable de couvrir 50 km sans consommer une goutte d’essence.
Le DS 3 Crossback E-Tense ne sera pas la seule nouveauté électrifiée du stand DS au Mondial de l’Auto. Il devra en effet partager la scène avec le DS 7 Crossback E-Tense 4x4, annoncé depuis longtemps mais tout juste révélé au grand jour. Si l’appellation E-Tense rime avec 100% électrique sur le DS 3 Crossback, il est question d’hybride rechargeable dans le cas du grand-frère, qui adopte ici un bloc essence et surtout deux moteurs électriques. Le premier est bien connu puisqu’il s’agit du 1.6 PureTech, ici dans une version de 200 ch. La partie électrique développe pour sa part l’équivalent de 110 ch.

300 ch et 50 km d’autonomie électrique

En résulte une puissance combinée de 300 ch et un couple de 450 Nm. Le tout est transmis aux roues via une boîte automatique EAT8 spécifique à cette variante hybride rechargeable. D’ailleurs, comme son nom l’indique, le DS 7 Crossback E-Tense 4x4 bénéficie de quatre roues motrices. Sa priorité reste néanmoins de se déplacer en sollicitant le moins possible le bloc PureTech. Notons à ce sujet que le mode par défaut du DS 7 Crossback E-Tense 4x4 n’est autre que le mode “Zéro émission”, dans lequel le SUV peut couvrir jusqu’à 50 km grâce à sa batterie de 13,2 kWh. Celle-ci se recharge en 2 heures sur une borne murale dédiée 32 A grâce à un chargeur de 6,6 kW ou en 8 heures sur une prise classique 8 A. Un système de régénération d’énergie à la décélération et au freinage.est aussi présent pour retrouver un peu d’autonomie en conduisant.

Arrivée courant 2019



Credit Photo - DS
La date de commercialisation et les prix du DS 7 Crossback E-Tense 4x4 restent inconnus. Il faudra de toute façon se montrer patient avant l’arrivée du SUV rechargeable en concessions, le lancement étant attendu pour 2019.





Aller sur autonews.frmondial-auto-2018ds-7-crossback-e-tense-4x4-autonomie-photos-82149

PSA TRÉMERY : LETTRE OUVERTE À LA DIRECTION

le 25 septembre 2018

Le Syndicat Indépendant de l'Automobile, syndicat majoritaire sur le site de Trémery, vient de saisir la direction générale du Groupe PSA, dénonçant les modifications incessantes du temps de travail.
La reprise de septembre n'a pas vraiment été de tout repos pour les 3000 salariés de l'usine PSA à Trémery qui viennent de rendre public leur mécontentement. Serge Maffi, responsable du syndicat majoritaire à Trémery et délégué du SIA au niveau du Groupe, clarifie la grogne dans un communiqué : « La direction avance toujours de bonnes excuses : adaptation en temps réel au carnet de commandes en lien avec le succès des véhicules du groupe, problèmes de fournisseurs, de transporteurs ou pannes ».
En cause, le Stop and Go (les heures de travail en plus ou en moins annoncées au dernier moment), qui compliquerait fortement la vie des salariés et par conséquent l'organisation de leur vie de famille.
 Ainsi, dans un courrier adressé à la direction générale du Groupe, le SIA souligne notamment les difficultés rencontrées dans la gestion des effectifs avec des risques de conséquences inquiétantes : pertes de compétences, maintenance insuffisante, investissements sous-dimensionnés. Les difficultés rencontrées dans la mise en œuvre des plans de formation pourraient aggraver un peu plus une situation déjà tendue sur le terrain, ajoute encore le texte. 
Le porte-parole Serge Maffi tend aussi la perche à ses supérieurs : « Nous attendons un signal fort de la direction »déclare-t-il, tandis que le communiqué rappelle également que les collaborateurs du site démontrent depuis des années leurs hauts niveaux de compétence et d'engagement récompensés par l'attribution de nouveaux modèles de moteurs.
Pour le SIA, la vision industrielle du Groupe doit ainsi faire conjuguer performance et compétitivité économique par un dialogue social ambitieux et à la hauteur des enjeux, et prévient que le site de PSA Trémery joue un rôle majeur dans l'équilibre et la vitalité du territoire. Avec plus de 5000 emplois directs et autant d'emplois indirects, le pôle industriel du Groupe PSA est d'ailleurs le 1er employeur privé en Lorraine.

Aller sur autonews.fractualitepsa-tremery-lettre-ouverte-a-la-direction-82153

logo